Henri Laugier

Henri Laugier

Henri Laugier, inconnu en son pays, prophète de la Paix dans le monde entier

Fort heureusement le collège de Forcalquier porte son nom, fort heureusement les élus de Mane ont choisi d’appeler la salle polyvalente de son patronyme, fort heureusement encore, le village de Simiane-la-Rotonde a décidé d’appeler sa bibliothèque communale « Henri Laugier ».
Bizarrement ce globe-trotteur, savant et érudit, infatigable combattant de la Paix est fort méconnu dans sa région natale, et notamment à Mane.
Henri Laugier né à l’entrée du village en 1888 (décédé en 1973) a trouvé sa voie à peine sorti de l’adolescence en découvrant les écrits de Claude Bernard chercheur et défenseur de la médecine expérimentale. En 1906 l’encore tout jeune Henri Laugier monte comme l’on dit à la capitale pour y entamer des études de médecine. En 1912, le voilà fondateur d’un centre de physiologie du travail, en 1919 il devient thésard et en 1929 enseignant –excusez du peu – à la Sorbonne.
Le parcours sans faute du petit manarain fils d’un instituteur de Simiane Albert Laugier qui prit pour épouse Marie Coulomb se poursuit. Soucieux d’améliorer la démarche scientifique et éducative Henri Laugier se lance dans la conception de tests d’orientation, il en devient le spécialiste et le père fondateur !
En 1936, savant désormais reconnu, il participe à la création du Palais de la Découverte après avoir créé l’Institut National d’Orientation Professionnelle et un laboratatoire de biométrie au CNRS dont il devient le premier directeur en 1939 désireux de « booster » la science française. Il sort tout juste du cabinet du ministre Delbos qu’il dirigeait.
En 1943, le voilà à Alger, où il occupe les fonctions de recteur de l’Université, en 1946, sa renommée comme sa volonté de lutter contre l’ignorance en promouvant la science accessible au plus grand nombre a allégrement dépassé les frontières étriquées de l’hexagone. Henri Laugier est un savant mondial, et c’est en toute logique qu’en 1946 au sortir d’un effroyable conflit qui a meurtri son esprit et son idéal de citoyen d’un monde apaisé il devient secrétaire général adjoint de l’ONU qui a succédé à l’inerte Société des Nations. A New-York il co-écrit la déclaration universelle des droits de l’Homme. Parmi ses autres initiatives notons la création de l’OMS Organisation Mondiale de la Santé, et du Fonds International de Secours à l’Enfance . En 1952, le manarain devient membre du conseil exécutif de l’UNESCO.
Henri Laugier repose au cimetière de Simiane la Rotonde .